26 septembre 2007

faillite?

<!-- @page { size: 21cm 29.7cm; margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> La droite manque singulièrement d'imagination. Accédant au pouvoir, elle procède toujours de la même façon, en deux temps : dramatisation, sanction.  Après en avoir rajouté des tonnes sur l'état calamiteux du pays, elle annonce un plan de rigueur et tape les ménages au porte monnaie. C'est ce que firent successivement Balladur en 1993, Juppé en 1995, Raffarin en 2002. La séquence à laquelle... [Lire la suite]
Posté par Emmanuel Maurel à 15:25 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

17 septembre 2007

abjection

En politique, le pire est toujours possible. Les récentes sorties de Messieurs Mariani et Hortefeux en témoignent. Le gouvernement veut durcir les conditions de regroupement familial pour les immigrés. Jusque là, rien d'étonnant : la droite s'est toujours fixée comme objectif de décourager étrangers de venir en France. Cela aurait pu en rester là : une énième loi sur l'immigration, en attendant la prochaine, plus stricte, plus vexatoire. Mais le rapporteur et le ministre ont décidé de pousser plus avant.  Voilà qu'ils... [Lire la suite]
Posté par Emmanuel Maurel à 16:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
10 septembre 2007

un nouveau recul social

<!-- @page { size: 21cm 29.7cm; margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> C'est un grand classique de la droite dure : la stigmatisation d'une partie de salariés bénéficiaires d'un régime spécial de retraite, c'est l'assurance d'une standing ovation de la part des députés UMP ou des adhérents du MEDEF.  Au nom de l'équité, jeter l'opprobre sur une infime minorité de salariés supposés privilégiés : c'est le moyen qu' a trouvé Fillon pour essayer d'exister. Sur ce... [Lire la suite]
Posté par Emmanuel Maurel à 11:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 septembre 2007

rénovation, liquidation?

Après trois défaites consécutives aux présidentielles, le Parti <!-- @page { size: 21cm 29.7cm; margin: 2cm } P { margin-bottom: 0.21cm } --> Après trois défaites consécutives aux présidentielles, le Parti socialiste n’est pas au mieux de sa forme. Fort logiquement, les appels au sursaut fleurissent. Même les plus fervents adeptes de l’immobilisme se sentent obligés de plaider en faveur de la nécessaire « rénovation ». Diantre que ce mot est populaire dans les rangs de la gauche... [Lire la suite]
Posté par Emmanuel Maurel à 11:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]