30 janvier 2007

Trou d’air ?

Les commentateurs sont d’humeur changeante. Après des mois de lune de miel, les journalistes osent quelques critiques à l’encontre de la campagne de Ségolène Royal. Certes, rien de bien méchant. Mais le chœur des extasiés se fait plus discret. Il faut dire que Nicolas Sarkozy est entré en scène. Gros meeting, discours fleuve, programme béton, allégeance des grands féodaux : on redécouvre que la droite existe dans ce pays, et que son candidat n’est pas forcément maladroit. Les sondages tiennent compte de cette nouvelle donne... [Lire la suite]
Posté par Emmanuel Maurel à 16:04 - Commentaires [2] - Permalien [#]

22 janvier 2007

Des actes !

La canonisation médiatico-politique de l’abbé Pierre était prévisible. C’est la loi du genre : incroyablement populaire de son vivant, il l’est davantage encore une fois mort. Funérailles nationales, déluge d’éloges, éditions spéciales : le prêtre rebelle rejoint le camp très select des panthéonisables ».  Evidemment, la décence impose à tous de reconnaître que le combat de le l’abbé Pierre reste d’une actualité criante. La misère perdure et le « mal logement » touche de nombreux compatriotes. On devine... [Lire la suite]
Posté par Emmanuel Maurel à 14:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 janvier 2007

Une révision hasardeuse.

A moins de cent jours des élections présidentielles, le Parlement travaille…plus que jamais ! C’est le paradoxe de cette fin de règne. Alors que la plupart des esprits sont déjà dans la France d’après Chirac, les députés et les sénateurs sont appelés à débattre et à voter à toute vitesse.   La liste des projets de loi examinés in extremis est impressionnante. Certains auraient mérité mieux qu’une discussion expresse en fin de journée. Cette précipitation en dit long sur la conception du rôle du législateur sous... [Lire la suite]
Posté par Emmanuel Maurel à 16:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 janvier 2007

Abracadabrantesque

« Abracadabrantesque ». Cet adjectif rimbaldien fut utilisé un jour par Jacques Chirac à l’occasion d’un quatorze juillet. Il s’applique particulièrement bien au discours de vœux du président de la République.  Voilà un responsable politique qui est à la tête de l’Etat depuis douze ans. Il a usé plusieurs premiers ministres. Il a été réélu en 2002 dans les conditions que l’on sait. Bref, il a eu le temps pour lui. A la veille de son départ probable de l’Elysée, le téléspectateur s’attendait à une déclaration... [Lire la suite]
Posté par Emmanuel Maurel à 12:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]