15 juillet 2006

Un livre à découvrir d’urgence….

La solitude du coupeur de nattes. de Jean Pierre KELLER  Vous cherchez un livre original, excitant, surprenant ? Il existe ! Sorti il y a quelques mois, le récit de Jean-Pierre Keller, « la solitude du coupeur de nattes » comblera vos attentes. Au début des années 60, un étudiant en philosophie tient son journal intime. Dont le fil rouge est la relation exaltée d’une unique et bizarre passion.  Notre « héros » est en effet atteint d’une perversion hors du commun. Adepte d’un fétichisme d’un genre... [Lire la suite]
Posté par Emmanuel Maurel à 15:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 juillet 2006

Retour aux sources

  Puristes, passez votre chemin. Cette anthologie est suspecte. Publier des « extraits » choisis des plus grands auteurs latins, sans faire figurer les textes originaux, n’est ce pas un crime contre l’esprit ? On comprend d’avance l’émoi des spécialistes ou des exigeants. Pourtant, on recommande chaudement ce florilège préparé par Jacques Gaillard et René Martin. Il offre un regard neuf sur une littérature trop souvent abordée dans le seul cadre scolaire. Or ces pages admirables, sublimes, méritent mieux que d’être... [Lire la suite]
Posté par Emmanuel Maurel à 11:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juillet 2006

La passion social-démocrate

Laurent Baumel n’est pas un garçon dans le vent. Son livre ne concède pas grand-chose à l’air du temps et c’est en cela qu’il est précieux. Alors que nous assistons à une indéniable dégradation du débat public réduit désormais à l’affrontement pitoyable entre concepts creux et slogans chocs, Laurent Baumel entreprend de s’interroger sur l’actualité et la pertinence de l’idée de réformisme dans la pensée socialiste. Moins sexy qu’un ouvrage collectif composé par des milliers d’internautes experts, son livre est ... [Lire la suite]
Posté par Emmanuel Maurel à 11:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 juillet 2006

Qui aime bien châtie bien

Giesbert, le petit rapporteur de la droite française, dresse, dans son dernier opus, la Tragédie d’un président, un portrait acide et un rien désabusé de son camp d’élection. Vachard et partial, il assassine Chirac et Villepin pour mieux rehausser Sarkozy, le seul, selon lui, à pouvoir procéder à la rupture libérale tant attendue. Si le livre trouve un écho favorable (il se vend comme des petits pains), c’est évidemment parce qu’il regorge d’anecdotes qui se veulent croustillantes (en réalité, la... [Lire la suite]
Posté par Emmanuel Maurel à 11:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]